Non classé

Vitamines et compléments : de quoi mon bébé a-t-il vraiment besoin ?

Personne n’ignore qu’avoir une alimentation saine, notamment riche en vitamines et minéraux clés, est crucial pour être en bonne santé. C’est d’autant plus vrai pour votre bébé car ces éléments permettent à ses os, son cerveaux et ses organes de se développer. Il est cependant possible qu’une fois atteint l’âge de 6 mois, votre pédiatre vous suggère de lui donner trois compléments par jour. Pourquoi a-t-il besoin de tout cela ? Existe-t-il d’autres solutions ? N’y a-t-il pas déjà tout ce dont elle a besoin dans mon lait ? Ce sont des questions que vous devriez vous poser avant de remplir ce compte-gouttes. Pour un bébé en bonne santé, la vitamine D, le fer et le fluorure sont les compléments que l’Académie américaine de pédiatrie considère indispensables pour un bon développement, mais est-ce réellement le cas ?

La vitamine D

Peu après la naissance, vers la visite de contrôle de la première semaine, il est recommandé de donner à votre bébé 400 UI de vitamine D par jour. C’est ce que contiennent toutes les préparations lactées vendues dans le commerce, en partant du principe que votre enfant boit au moins 97,5 cl de cette préparation par jour. Si vous lui donnez le sein ou ne lui donnez de préparation lactée qu’en complément, vous devriez lui donner de la vitamine D jusqu’à ce qu’il puisse boire un autre lait, de vache par exemple, à 12 mois. Même alors, des recherches montrent que les enfants ne reçoivent toujours pas assez de vitamine D dans le lait, et qu’il faut continuer à leur donner des doses de 600 UI de vitamine D tous les jours.

Pourquoi autant ?

La vitamine D joue un rôle essentiel dans le développement des os. Sans elle, nos organismes ne peuvent pas assimiler le calcium pour créer des os solides qui se développeront bien. Dans les cas extrêmes, une carence peut causer une maladie nommée le rachitisme et où les os sont trop mous et fragiles et se déforment sous le simple poids de l’enfant. Plus communément, un faible taux de vitamine D peut causer des fractures successives ou des blessures plus graves.

Étant donné que notre principale source de vitamine D est le soleil et que laisser votre enfant en plein soleil n’est pas une bonne solution, la meilleure option est de lui donner des gouttes par voie orale. Cependant, il est important de choisir la bonne marque, alors discutez des possibilités avec votre pédiatre. Lorsque vous choisissez un complément à base de vitamine D pour votre bébé, regardez toujours les ingrédients inactifs. De nombreux produits vendus en pharmacie contiennent des colorants, conservateurs et arômes artificiels. Personnellement, j’aime beaucoup Super Daily D de Carlson. Chaque GOUTTE contient 400 UI, ce qui est beaucoup plus facile pour les nouveaux-nés. En plus, ce complément ne contient que des huiles de noix de coco et de palme.

Ajouter de la vitamine D à leur régime

Une fois que votre enfant commence à manger, votre frigidaire contient d’excellentes sources de vitamine D. Un beau jaune d’œuf contient environ 40 UI de vitamine D, et 85 grammes de saumon jusqu’à 450 UI. Pendant la grossesse, la vitamine D est transmise par le placenta puis également par le lait maternel, en quantité limitée. C’est pour cela qu’il est très important que vous continuiez à prendre une vitamine prénatale pendant que vous allaitez, afin d’assurer également votre propre taux de vitamine D. Bien que les sources d’information soient limitées, une étude démontre que si une mère allaitante prend 3 600 UI par jour, son bébé recevra beaucoup plus de vitamine D. Ce peut être une autre façon de vous assurer que votre bébé grandira bien. Consultez toujours votre médecin avant de commencer ou d’arrêter tout complément.

Le fer

Vous êtes maintenant à la visite des 3 mois ! Il est temps de parler plus sérieusement de vitamines et de minéraux. Le prochain sur la lite : le fer. Les globules rouges ont besoin de ce dernier pour se développer et transporter l’oxygène jusque dans les muscles et les organes. Un manque de fer peut se traduire par de l’anémie, qui se caractérise par de la fatigue, des infections fréquentes et même des troubles de comportement. Pendant le troisième trimestre, votre bébé emmagasine suffisamment de fer pour combler ses besoins jusqu’à ses 4 mois (il existe un creux entre ce moment et celui où votre bébé commence à manger des aliments riches en fer).

Combler ce creux

Encore une fois, si vous utilisez des préparations lactées, celles-ci contiennent suffisamment de fer pour que votre bébé n’ait pas de carence. Malheureusement, le fer n’est pas transmis dans le lait maternel. Si votre enfant est né prématurément, notamment avec plus de 4 semaines d’avance, ou n’était pas gros à la naissance, il est important qu’il reçoive des apports supplémentaires en fer dès la naissance. Si ces cas de figure ne vous concernent pas, cette mesure ne sera pas nécessaire, malgré l’intervalle entre les absorptions de fer. Puisqu’il est probable que vous ayez pris du fer durant votre grossesse, vous savez ce qu’il peut faire à votre ventre. Éviter que votre bébé ne soit constipé sera un combat constant. Vous pouvez lui donner du concentré du pruneau bio de façon quotidienne pour éviter ce désagrément.

Votre pédiatre devrait faire une prise de sang à votre enfant à 12 mois pour voir s’il a besoin de plus de fer ou si son alimentation lui confère les apports nécessaires. Curieusement, c’est surtout à cause du taux de fer qu’on ne donne pas de lait de vache aux enfants de mois de 12 mois. Comme le lait humain, il ne contient pas de fer et peut empêcher l’organisme d’absorber le fer contenu dans d’autres aliments.

Le fer alimentaire est très simple à trouver et à incorporer dans chaque repas. Les sources de fer les plus connues sont la viande, notamment le bœuf, la dinde et l’agneau. J’ai aussi de bonnes nouvelles pour ceux qui évitent les produits animaux ! La bouille d’avoine, les germes de blé, le chou kale, les feuilles de betterave et même les abricots sont très riches en fer. Il y en a pour tous les goûts : en purée ou cuits.

Le fluorure

Bébé fait ses dents, et comme si ça ne suffisait pas, vous devez à présent décider s’il a besoin de fluorure. Le fluorure, qu’on ne retrouve ni dans le lait maternel ni dans les formules lactées, est très important pour assurer des dents saines.

Mais il y a un problème, et pas des moindres.

Les gouttes de fluorure pour bébés et les cachets pour enfants sont seulement disponibles sous prescription. Où est le problème, me demanderez-vous ? Si la teneur en fluorure de votre eau est faible, votre pédiatre et/ou votre dentiste vous donnera une prescription de fluorure, et je peux presque vous garantir à 100 % qu’il ou elle n’a AUCUNE IDEE de ce que contiennent ces compléments ! Le mien, en tous cas, ne le savait pas. Méthylparabène, édulcorants artificiels, colorants alimentaires, arômes artificiels de pêche et de raisin sont en haut de la liste des ingrédients ! Puisque vous ne pouvez obtenir des compléments que par prescription, il n’existe pas de concurrence sur le marché pour produire un fluorure meilleur pour la santé et plus naturel.

Alors, que faire ? Je ne veux sûrement pas que ma fille ait des caries, mais ce genre de compléments n’est certainement pas adapté pour notre famille. Étant donné que trop de fluorure n’est pas non meilleur pour la santé, je vous déconseille d’utiliser un dentifrice au fluorure de façon journalière avant que votre enfant puisse le recracher. Il est important de brosser ces petites dents deux fois par jour, tous les jours, avec un dentifrice sans fluorure et avec un dentifrice au fluorure deux fois par semaine environ. Il est important de consulter tous les ingrédients dans vos produits d’hygiène dentaire, également. Votre pédiatre vous proposera peut-être un film de fluorure à appliquer sur les dents puis à brosser. Cette alternative est à réaliser plusieurs fois par an dans son cabinet. Bien que cela ne suffise pas à combler nos besoins, les tomates, pruneaux et épinards sont de bonnes sources en fluorure.

Leave a Comment